10 novembre 2009

De l'intérêt d'un blog anonyme

Parce que, contrairement à ce que dit la petite phrase sous le titre du bloblogue, Lucie Malakoff est un pseudo. Derrière lequel se cache je ne sais pas quoi. On va dire que je suis frileuse, et on passe à autre chose. Oh puis non, on ne passe pas à autre autre chose. C'est justement le sujet de ce billet. De ma vie personnelle il ne transparaît rien, dans ce blog. Donc l'argument "pour vivre heureux vivons cachés" ne justifie pas l'anonymat. D'où vient donc cette peur de me retrouver à poil rien qu'en écrivant sous mon vrai nom? Il se trouve que j'ai récemment rendu définitivement inaccessible un autre blog écrit sous mon nom réel. Un blog pro avec des sujets impersonnels et un objectif de vitrine lavée tous les jours au Bref Vitres Zéro traces. Nickel chrome le blog. Et puis je change d'hébergeur sans faire de sauvegarde. Hop! Aux oubliettes le blog. C'était tellement peu moi que je m'en fous. Grande valeur professionnelle, zéro valeur. Je ne comprendrai jamais le pourquoi de cette schizophrénie craintive, mais elle commence à me gonfler.

19 mai 2008

AHA - Take on me (Oh oui encore les yeux doux!)

La chanson passait il y a quelques minutes sur France Inter. Dans les années 80 j'avais une camarade de collège un peu neuneu (du moins elle avait l'air de l'être, peut-être était-ce un génie qui cachait bien son jeu), totalement fan de Morten. Avec le petit badge sur le revers de la veste en jean.

Quand j'ai vu ce clip la première fois, je l'ai trouvé gnagnan. Et la musique m'a laissée indifférente. Avant de retrouver AHA aujourd'hui sur le net, je ne me souvenais que du crayonné et de la poursuite avec les méchants. Plus j'écoute, plus ça me plaît. En fait, j'adore......

--

We're talking away I don't know what I'm to say I'll say it anyway Today's another day to find you Shying away I'll be coming for your love, OK?

Take on me, take me on I'll be gone In a day or two

So needless to say I'm odds and ends But that's me stumbling away Slowly learning that life is OK. Say after me It's no better to be safe than sorry

Take on me, take me on I'll be gone In a day or two

Oh the things that you say Is it life or Just a play my worries away You're all the things I've got to remember You're shying away I'll be coming for you anyway

Take on me, take me on I'll be gone In a day or two

03 mars 2008

Deux articles, deux réactions

Le premier article me fait du bien, bien que le sujet soit sordide. Il y est question de Britney Spears, celle dont les médias ont déjà rédigé la nécro avec délectation. Personnellement, j'aime Britney. Britney, si tu m'entends, prends ton fric et va sur une île déserte, refais ta vie et emmerde le reste du monde, sans quoi le reste du monde va te crever.

Le second article, et surtout les commentaires de certains internautes, me rappellent la mentalité du forum "la cochonne", un forum que je fréquentais en 2005, sous un pseudo, pour mieux connaître le monde des amateurs des films porno les plus trash.

Au travers des commentaires de cet article sur les filles qui paient leur logement en nature, on se rend compte que beaucoup d'hommes n'ont aucune compassion, aucun sentiment de malaise face aux "choix" des femmes qui se font esclaves elles-mêmes. Elles vont au-delà de la prostitution, qui consisterait à payer avec l'argent qu'elle gagneraient. Elles se rendent complètement vulnérables face à des types très... Exigeants, qui peuvent les mettre à la porte du jour au lendemain, comme des merdes. Délirant.

En fait ces relations maîtres-esclaves en disent long sur ce qu'est l'humanité, avec des filles qui jouent le jeu de la soumission jusqu'au bout et des mecs qui jouissent d'elles, corps et âmes... Personnellement ce jeu me fait vomir, et pourtant ce n'est qu'une "simple" question d'éthique... Autrement dit de mœurs, de loi morale, de règle des relations entre hommes et femmes et du (splendide) statut de la relation sexuelle dans nos (merveilleuses) sociétés modernes....

Voici quelques-uns de ces commentaires:

Harry70 "Je ne suis pas scandalise du tout. Ces filles ont le choix, ce sont elles qui acceptent ces pratiques, elles pourraient très bien les refuser. Enfin, le capitalisme n'a rien a voir la dedans. "

André "Mais écoutez moi, je ne suis ni beau, ni particulièrement intelligent, ni surtout riche. Pour tout dire je suis assez peu désirable. Comment puis-je faire pour me trouver une femme à part recourir à ces moyens détestables? C'est dur la vie.."

Willow "Putain !! Et moi qui n'ai pas d'apparte à Louer !! "

Fred "Ceux qui ne voient là qu'une conséquence de la "misère" me semblent un peu naïfs. Je connais, par relation interposées, deux filles qui se logent comme ça. 2000 euros de revenus environ ( assistantes dans une entreprise publicitaire ), un loyer en moins à payer, et donc plus d'argent pour les fringues, les sorties en boîtes, les vacances dans des clubs pour beaufs branchés... Arrêtez de voir un méchant "exploiteur" derrière chaque travers de notre société. C'est simpliste à l'extrême."

Il y en a toujours qui connaît UneTelle qui se prostitue (comme si on ne parlait que de ça), ce qui justifie tout ce qu'il y a de plus glauque...

27 décembre 2007

Ils ont eu Bhutto

Voilà, ça y est, après plusieurs dizaines de morts (manque de précision!), ils ont enfin réussi à shooter celle qui échappait insolemment aux attentats. Bénazir Bhutto, un OVNI dans le monde politique moderne, opposante de l'actuel président du Pakistan, a reçu une balle dans le cou aujourd'hui même. Le type qui lui a tiré dessus a ensuite explosé avec sa bombe, massacrant au passage les participants d'un meeting. C'est tellement plus classe quand le sang coule à flot. Plus il y a de morts plus c'est constructif, enfin, je suppose que dans la logique terroriste c'est comme ça que ça marche. Pour ceux que ça intéresse, il faut savoir que Bénazir Bhutto a été Premier Ministre au Pakistan de 1988 à 1996. Aujourd'hui la pays est la cible des islamistes et intégristes religieux de tous poils. Le Pakistan c'est aussi le pays où une certaine Mukhtar Maia a été condamnée en 2002 par un tribunal "local" à être violée collectivement parce que son frêre avait zyeuté une fille du patelin d''à côté. Le Pakistan, le pays où les femmes doivent se sentir aimées. Bon OK je ne retiens que ce qui déprime et pour arriver au pouvoir B. Bhutto a bien dû avoir sa chance. Eh bien je suis preneuse de toute bonne nouvelle en provenance de ce joli pays.

15 décembre 2007

Une dernière pour Daft

Bon allez je ne résiste pas à cette version par 2 minettes. Pas besoin de montrer son cul et son minois pour faire son petit succès sur le net!

...L'original...

... Que j'ai eu le bonheur de voir sur grand écran, aux Halles; ça devait être en 2005 ou en 2006. Mis bout à bout, les différents morceaux de Daft Punk illustrés par LEIJI MATSUMOTO (Albator) (à moins que ce ne soit l'inverse), ça donne un chouette film d'animation : Interstella 555. Ah je viens de vérifier ça date de 2003 déjà.

Tes mains ont la parole

Deux mains pour danser et exprimer sa fanitude de Daft Punk. C'est un peu comme les chorégraphies que nous faisions à Noël ma soeur et moi, pour nos parents. Génial et sans prétention :D

16 août 2007

Interlude

Pourquoi ce blog agonise-t-il? Parce que je ne trouve plus le temps de le nourrir. De quoi faudrait-il le nourrir? De toutes ces petites brèves, de ces articles glanés ici et là me rappelant que ma condition de femme française est bien heureuse comparée à la condition de la plupart des femmes sur cette planète.

Pourquoi m'arrêter sur les femmes? Je ne sais, peut-être parce qu'il y a un grand raffinement dans la manière de maltraiter les femmes.

Par exemple, quand une loi islamique interdit l'exécution d'une vierge, on marie la pucelle condamnée à son bourreau, qui lui apprend illico comment s'emboîtent les anatomies masculine et féminine. (Avec amour et bienveillance, oh oui! et la pucelle est alors pendue, dans l'extase de la connaissance du sexe! Ah non, ça c'est dans mon imaginaire quand je suis optimiste). La pucelle condamnée n'est donc plus pucelle , elle peut ainsi être proprement supprimée, non de d'là.

J'ai appris l'existence (il fallait l'inventer tout de même!!!) de cette subtile horreur, cette innommmable hyprocrisie, bref cette ignoble inhumanité (je me lâche un peu ça fait du bien) avec le film "Persepolis", dessin animé drôle et efficace de l'Iranienne Marjane Satrapi. Allez le voir, il le mérite! :)

05 mars 2007

Quel genre de super méchant êtes-vous?

Nan parce que d'après le quiz il y a du Dark Phoenix en moi...

Dark Phoenix
52%
Venom
51%
Mystique
47%
Green Goblin
47%
Apocalypse
46%
Lex Luthor
45%
Poison Ivy
45%
Dr. Doom
43%
Juggernaut
43%
Kingpin
42%
Magneto
39%
The Joker
35%
Catwoman
35%
Two-Face
27%
Mr. Freeze
26%
Riddler
23%
A prime example of emotional extremes: Passion and fury incarnate.
Vous aussi faites le test pour savoir à quel super-méchant vous ressemblez....

13 février 2007

Suite et fin

(Suite et fin) Et voilà ! L'info qui a accroché mon oeil dans le journal, c'est la pièce de théâtre, Equus, jouée par un célèbre binoclard, dénudé pour l'occasion et plus encore. Une fan de Harry Potter nous a fait un petit clip de présentation du Daniel Radcliffe nouveau, tout frais tout beau... Grrrrr.... L'est mimi tout plein avec ses trois poils au menton...

On prend la même et on recommence...

...Dans la série Lucie se fait un trip avec les p'tits jeunes, voici un joli détournement de fiction réalisée par levaniaaa (homophobes et moins de 16 ans, passez votre chemin, certaines images et idées pourraient nuire à votre santé mentale). Restons donc avec le Grand Secret et glissons doucement vers un sujet qui a retenu toute mon attention, tout-à-l'heure dans le métro, alors que j'étais plongée dans une feuille de chou gratuite... (à suivre)

Spécial dédicace

Quelques couplets d'Indochine (+ Mélissa auf der Mauer) pour un garçon de 20 ans, un gamin capable du pire comme du meilleur, un homme attachant, une tête à claques, un regard...

27 janvier 2007

La fée fagot qui a oublié ses lunettes

Là c'est la série de la fée Fagot. Vous verrez, si vous en regardez quelques épisodes, vous finirez par chantonner : "C'est moi, la fée Fagot, j'exauce tous les voeux..."

23 janvier 2007

Poppi qui imite un chat

C'est Alain Chabat, entre autres, qui est l'auteur de ce truc. Personnellement, ça me met en joie. C'est très... Miaou, comme humour. A moins que ce ne soit wouf, je ne sais plus trop...

11 janvier 2007

En 2007, on se la p... Heu! On fait la fête

Tous mes vœux aux passagers du web ! Que 2007 soit top nickel moumoute, ultra confortable question oseille, carrément béton côté gencives et alentour, avec un palpitant hilare et une rate euphorique 24h/24... Et puis paix aux gens de bonne volonté, à tous ceux qui ont autre chose à faire que chercher la baston, piquer la thune du voisin, niquer sans le consentement de personne, arracher les cuisses de grenouilles vivantes, les ailes des mouches, etc...

14 décembre 2006

Hu hu hu... iBuzz

Ouaip, c'est un truc qui vibre et qui donne de la joie, en vieux françois gaude mihi. C'est devenu godemichet depuis. Vous le branchez sur votre iPod d'un côté, et ailleurs de l'autre.

iBuzz avait même créé une pub faisant référence aux campagnes d'Apple, mais Steve n'a pas apprécié, lui qui est si cooooool. Comprends pas :-D

Geishas : pour en finir avec un stéréotype occidental

Une geisha n'est pas une prostituée. Peut-être connaît-elle des aventures et des intrigues liées à son métier, mais sa condition sociale et culturelle n'a rien à voir avec celle d'une prostituée. L'univers érotique des geishas est certainement très intéressant, dommage qu'il soit trop souvent réduit aux fantasmes occidentaux - bordel et réduction des femmes à des objets de plaisir masculin.

Tout sépare une prostituée à l'occidentale d'une geisha. Celle-ci est passée par une école pour geishas, héritière d'un savoir-faire artistique traditionnel, représentante d'un système moral très contraignant.

Contrairement à la prostituée du Japon ou d'ailleurs, elle ne fait pas l'objet de mépris. Au contraire, elle est admirée et respectée. Et contrairement à l'idée que beaucoup d'hommes occidentaux se font d'elles, elles ne représentent pas la quintessence de la femme soumise et monnayable, même si les femmes japonaises sont encore socialement dominées.

Une geisha de Kyoto a ouvert un blog racontant son quotidien. Malheureusement ou tant mieux, c'est en Japonais. Un article de 20 Minutes permet de se faire une idée du contenu.

J'ai eu un jour la chance de vister Kyoto et de croiser, au hasard des ruelles des vieux quartiers, un groupe de geishas. Je me suis arrêtée pour les regarder passer, mon appareil photo soigneusement rangé. Un grand sentiment d'humilité m'a envahie face à leur port altier et leur regards indifférents. Je me suis sentie dans la peau d'une grosse brute d'occidentale indigne de leur majesté.

04 décembre 2006

Miaou33

Miaou31

Miaou32

20 novembre 2006

Bienvenue en enfer

Je viens de découvrir ce spot de la Fédération Nationale Solidarité Femmes, diffusé à partir d'aujourd'hui à la télévision. Slogan de la campagne contre la violence conjugale :

«Un homme qui maltraite sa femme, apprend la violence à ses enfants»

Bizarre, ce slogan. Est-ce que ce serait moins grave si le couple n'avait pas d'enfant? Je trouve la formulation maladroite, alors que les images restituent bien la terreur muette et quotidienne qu'aucune femme ne devrait endurer.

Et si le gosse s'y met (!!! Je n'avais jamais imaginé une horreur pareille), qu'elle plaque tout, merde! Pourquoi les femmes acceptent-elles d'être traitées comme moins que des bouses par ceux qui devraient être leurs meilleurs alliés? Quand est-ce que les femmes arrêteront de sacrifier leur vie pour les "leurs", quand ceux-ci les méprisent?

Allez les femmes maltraitées, un bon coup de poêle à frire dans la gueule de vos bourreaux, ça remet les idées en place!

27 octobre 2006

17 octobre 2006

Le roi de la reine - et moi aussi j'existe!

Dites-moi, si je vous demande le prénom du mari de la reine d'Angleterre, vous me répondez quoi, là tout de suite, sans chercher sur wikipédia, mmh?...

Ah vous saviez qu'Elisabeth II avait un époux, et qu'il se nomme Philip Mountbatten? Eh bien moi je croyais tout bonnement qu'Elisabeth était célibataire. Il a fallu que l'on me décille pour que je découvre ce fait étonnant: l'époux de la reine existe bel et bien, et en général il n'est que prince consort, faute d'être roi. Etonnant, non, dans une société patriarcale? Il existe quelques princesses consortes, mais les épouses de rois sont la plupart du temps des reines.

Bref, il existe quelques catégories d'hommes jugés insignifiants, méconnus, ombres de femmes illustres, tels les mariés le jour de leur mariage, cérémonie funeste au cours de laquelle il n'y en a que pour la mariée (mon imagination me laisse deviner pourquoi d'ailleurs, mais je vais me retenir).

Toute cette introduction me sert de prétexte à un constat beaucoup plus banal, une autre agacerie de mon quotidien de bourgeoise malgré elle. Mon "je" si haïssable a du mal à se faire reconnaître, parce qu'il est marié, et que la femme mariée a quelque chose en moins.

Je suis devenue aux yeux du monde, de mes amis, de ma famille, je suis devenue madame Jean Dupont, puisqu'en tant que femme mariée, je suis sous la tutelle de mon époux. Comment? Ce n'est plus vrai depuis quelques décennies? Eh bien il faut croire que les usages ont la peau dure.

J'aurai peut-être droit, sur ma tombe, à un "Mme Jean Dupont". J'ai découvert avec horreur, il y a quelques années, que bien des femmes mariées n'avait pas droit au minimum de reconnaissance personnelle sur leur propre tombe (allez visiter les cimetières, c'est très instructif).

J'ai beau rappeler discrètement (sur les enveloppes, en majuscules) que j'existe par moi-même et que mon IDENTITE diffère de celle de mon conjoint, mes chers amis ne tiltent pas et reproduisent l'énervant "Mr et Mme Jean Dupont".

Sans parler du propritaire, qui ne comprend rien à ma demande de dissociation identitaire et nous pond des inventions de type "Mr et Mme Jean Dupont/Mme Malakoff". Tous les jours, on s'étonne de voir deux noms différents dans le cadre du contrat de mariage. Pourtant rien ne m'oblige à porter le nom de mon époux, et ce depuis plus de trente ans. Lu sur un site du gouvernement:

"(extrait du décret mentionné plus bas) « Le mariage est sans effet sur le nom des époux qui continuent chacun d’avoir pour seul nom officiel celui qui résulte de leur acte de naissance. Toutefois, chacun des époux peut utiliser dans la vie courante, s’il le désire, le nom de son conjoint, en l’ajoutant à son propre nom ou même, pour la femme, en le substituant au sien. ».

(je cite toujours) Ce nom d’usage n’est toutefois pas transmissible aux enfants. Il ne figure pas sur les actes de l’état civil. Ainsi, contrairement à une idée répandue le principe est que (si) la femme ne change pas de nom à l’occasion de son mariage, l’usage permet qu’elle prenne le nom de son mari. Toutefois, c’est toujours son nom de famille qui figure sur les actes officiels, suivi de la mention « épouse X ». L’époux peut, à titre d’usage, adjoindre au sien le nom de son épouse mais ne peut substituer à son nom celui de son épouse.

L’usage du nom du conjoint n’entraîne aucune obligation de changement de nom pour la carte nationale d’identité, le passeport, la carte grise, le permis de conduire, etc."

Voir également (c'est un peu dur de trouver ces textes!) l'annexe du décret n°74-449 du 15 mai 1974 relatif au livret de famille, « Informations sur le droit de la famille ».

Ce décret "subversif" ne date pas d'hier, mais les mentalités sont rétrogrades, et les mots ont le dernier... mot.

Vivement un PACS accordant les mêmes droits que le mariage, qu'on en finisse avec une institution lourde de son passé, lourde de non-sens contemporain, lourde d'implications insconscientes ancrées dans la tête de tout le monde.

Et qu'on arrête, aussi, au passage, d'interdire aux époux le droit d'être séduisants et le droit d 'être séduits, ça aussi ça nous tue (je dis nous car lui et moi ressentons une vraie pression sociale sur nos comportements de "mariés").

13 octobre 2006

Miaou miaou

Günther touches my Ding ding dong (interdit -18 ans)

Ach je ne sais pas si Günther est vraiment allemand mais il y a quelques signes caractéristiques : les petites fesses masculines au début du clip : impensable en France (indigne!) ou aux US (indigne!), les chorégraphies un peu zarb, un humour très spécial (codes porno + codes kitsch seventies + second degré "qualité premium"),... Bref un cocktail musical bien rigolo que je voulais mettre en ligne il y a quelques mois déjà (argh).

17 septembre 2006

The Prodigy

Il y a quelques année de cela j'écoutais ce groupe d'une oreille attentive quand ils passaient à la radio. Je restais scotchée devant leurs clips, sans rien penser de précis. J'étais fascinée, ça tournait à vide dans ma caboche.

Je me rends compte seulement maintenant, suite à une conversation et une recherche sur YouTube, que mon cerveau n'a pas laissé passer un seul de leurs succès.

Heureusement que les musiciens n'ont pas que des fans inconscients dans mon genre, ils n'y survivraient pas.

Hier soir je me suis repassé tous leurs clips en me déchaînant dans le salon... Prise de conscience tardive et hommage en retard, donc, avec Out of Space:

13 septembre 2006

Agacerie

Je sais que l'administration française conserve des conventions héritées du patriarcat façon Napoléon, mais c'est plus fort que moi, je ménerve dès que je tombe sur l'un de ces résidus sexistes. J'avais un doute concernant les avis d'imposition, ce doute s'est transformé en certitude grâce à un petit coup de fil innocent.

- Allô bonjour, j'ai une question car il semble qu'une erreur se soit glissée dans notre avis d'imposition.

- Oui?

- Ben voilà, l'indépendante, c'est moi, mais mes revenus BNC apparaissent dans la colonne des revenus de mon conjoint.

- C'est pas grave, pas d'incidence, il y a eu sans doute une erreur de saisie.

- Ah, ouf. Une petite question quand même: quand j'ai rempli la déclaration, j'ai considéré que le "Vous", c'était moi. Mais dans l'avis, le "Vous" correspond maintenant à mon époux. Une correction a donc été faite. Est-ce par une convention que j'ignore encore, le "Vous", c'est la personne qui a le plus de revenus?

- Non, le "Vous", c'est toujours Monsieur. Le "Conjoint", c'est Madame. C'est comme ça et pas autrement.

- Ah, très bien, c'est noté.

Ben oui, nous les femmes, sous Napoléon, on est des irresponsables pas autonomes, pas décisionnaires, pas 1 mais toujours 2 (cf votre numéro de sécurité sociale) et de toute façon nous ne sommes pas grand'chose en tant que "Je".

Alors il est bien évident que ce n'est pas à moi de remplir la déclaration commune... Comment, les temps ont changé? Ah mais je suis bien d'accord. Alors pourquoi est-ce que l'administration pratique ces micro brimades verbales?

Nota : c'est aussi avec l'administration fiscale que j'ai mis 107 ans à imposer mon nom d'usage, différent de celui de mon conjoint. L'est pas belle la (non-)réforme de l'administration et des mentalités ?

Nota bis : je comprends pourquoi on ne veut pas que les homos se marient. Ils auraient à préciser celui/celle qui fait la femme/l'homme au moment de déclarer leurs revenus. Ce serait super classe...

30 août 2006

Tamaki Nami - pop japonaise

A déguster en karaoke dans le salon. Si quelqu'un comprend les paroles, je suis preneuse.

"Prayer"

Kizuiteita honto no kimochi o tsutaeru no ga totemo kowakatta

Iezu ni ita hitokoto o ima suguni kimi e to todoketai

Nakidashi sô na yûgure nagame nagara tsuyoku naru kaze no nakade mada tachitsukushiteru

Afure sô na hitonami dakedo kigatsukeba kimi no senaka tada sagashiteta

Totsuzen ima hitotsubu no yuki ga watashi no kono hoho niochitekita hiraitemita tenohira de hakanaku tokete yuku kiete yuku

Kumo ni kakureta shiroi tsuki ga fuan na kokoro terashiteruyami ni kasunda michi no saki no dokoka ni kitto kimi ga iru

Itsumo ki no au nakama to hashaide te mo dokoka chiisana kodoku o mune ni dakishimeteta

Tsubure sô na mainichi kujike sô na toki mo kimi no yasashisa wa soko ni aru

Ima goro kitto hitotsubu no yuki ga kimi no sono hoho nimo ochiru daro

Noshite mita kono ude ga ima sugu sono hoho ni todoku yôni

Ano toki kaketa nagareboshi ga watashi no negai kiiteita hanarebanare no futari no te o inoru mitai ni kasanetai

Kizuiteita honto no kimochi o tsutaeru no ga totemo kowakatta

Iezu ni ita hitokoto o ima suguni kimi e to todoketai

Totsuzen ima hitotsubu no yuki ga watashi no kono hoho ni ochitekita

Hiraitemita tenohira de hakanaku tokete yuku kiete yuku

Kumo ni kakureta shiroi tsuki ga fuan na kokoro terashiteru yami ni kasunda michi no saki no dokoka ni kitto kimi ga iru

11 août 2006

La femme idéale...

Lu sur le site de France Inter :

"La femme est l'âme de la maison.

La maison où il y a une bonne femme se distingue tout de suite des autres. On y trouve un ordre particulier, une façon simple et harmonieuse de disposer toute chose, une propreté scrupuleuse où l'on ne devine pas seulement le soin d'une ménagère active, mais aussi la tendresse toujours en éveil de la mère et de l'épouse.

Ne s'agirait-il que d'un petit bouquet de bleuets, cueilli au bord du chemin, la chère femme a su mettre ses fleurs au bon endroit ; le verre qui les contient est brillant, l'eau est pure, et cela donne à la demeure un petit air de fête qui réjouit l'oeil en entrant. Elle ne livre rien au hasard; jusque dans les plus petits détails il y a une intention, et chacune de ces intentions sort de son bon coeur pour aller à celui des autres.

Sa personnalité rayonne, réchauffe, et le parfum de son âme pénètre partout ; on la sent sans la voir. Car le signe distinctif d'une bonne femme est de ne pas faire du tapage, de ne pas attirer les regards et de passer presque inaperçue dans la famille.

C'est lorsqu'elle n'est plus là que l'on comprend tout ce qu'elle valait. Il semble alors que le feu du foyer soit éteint, et, à chaque heure du jour, on la cherche, on l'attend. Elle est comme le bon pain de froment qui semble insipide et dont on ne peut pas se priver. Elle est comme l'air pur qui nous fait vivre et que nous ne voyons pas !

Son coeur et sa vie sont aux autres ; elle s'est donnée tout entière, on la sait à soi ; on use de son âme, on y fouille comme en un trésor commun. Sa bonté est au milieu de la famille un refuge toujours ouvert qui calme et qui guérit, non pas qu'elle se pique d'éloquence et de philosophie, qu'elle endorme le chagrin par des phrases ou persuade par des raisonnements ; elle partage les peines et les joies de ceux qu'elle aime, rien de plus, et cela si simplement, avec tant de naturel et d'un coeur si sincère que l'on ne songe même pas qu'il en pourrait être autrement.

Elle n'a pas conscience d'ailleurs d'être l'ange du foyer et l'âme de la famille ; elle ne fait aucun effort pour cela ; c'est par besoin qu'elle se dévoue, par instinct qu'elle s'efface ; elle va au bien comme les braves au canon. Elle a la pudeur de ses vertus comme d'autres ont la honte de leurs défauts, et agit avec des raffinements de diplomates pour dissimuler ses bonnes actions, pensant que la reconnaissance dont on paye un bienfait enlève à ce bienfait le plus pur de son mérite et le déflore en le signalant."

Gustave DROZ (1832-1895), Tristesses et Sourires, 1884.

Ils étaient vraiment forts les bonshommes du XIXème, à toujours imaginer et prescrire ce que devait être une femme honorable. J'aimerais parvenir à tant d'abnégation dans la perfection. Mais elle n'est pas humaine, cette femme là, elle ne fait ni pipi ni caca, ou alors ça sent toujours la rose. Et le type avec lequel elle vit? Il ressemble à quoi? Evidemment les femmes (surtout les femmes parfaites) n'avaient pas à rêver de l'homme bon, l'homme digne de ce nom, cela aurait été contraire à la vertu d'humilité.

Moi qui suis une atroce contemporaine, je pousse un peu la logique de ce monsieur Droz. J'imagine un mari impossible pour cette "bonne femme", je la flanque d'un individu complémentaire pour une relation sado-masochiste harmonieuse. Un mec qui la conduirait toujours plus loin dans sa chrétienté toute de silence et de bonté.

Un salaud ingrat, un rustre rotant et pétant, baffrant comme un porc, toujours alcoolisé, bête comme ses pieds. Un homme qui lui mettrait une rouste quotidienne, qui s'accouplerait brutalement, bref, un connard fini. C'est d'ailleurs, peut-être, ce qu'était ce cher Gustave DROZ... Qui sait? Qui s'en soucie?...

09 août 2006

11 juillet 2006

Un point sur la prostitution

Sujet qui me taraude, un peu, c'est vrai, faut le dire, je l'avoue... Pour celles et ceux que ça interesse, voici un article sur peripherie. net (long, c'est même un dossier) en faveur des thèses abolitionistes. Beaux arguments, je trouve... Personnellement je me garde de trancher entre abolition et règlementation, il y a du bon et du mauvais dans les deux cas. Mais les principes moraux (qui sont d'ailleurs plus philosophiques que moraux) de l'abolitionisme me parlent bien.

07 juillet 2006

Miaou 2

06 juillet 2006

Ségolène... Présidente?


Et si c'était Elle... Une fiction d'anticipation sur les présidentielles 2007, très bien réalisée. On peut la retrouver sur le site de Tempête du Net, à côté d'une autre anticipation sur la coupe du Monde de foot (complètement à côté de la plaque, même si les Bleus y vont en finale).

IoIo Light : en quoi puis-je vous leder?

Petite contribution design à ce blog farfelu, bloblogue décousu et néanmoins convaincu. IoIo light, ce sont de petites lampes décoratives, de petits leds lumineux destinés aux professionnels. Je ne sais plus comment je suis tombée là-dessus, mais ça m'a plu. C'est un peu dans la veine des nabaztags, les lapins "cons" qui communiquent entre eux et remuent les oreilles à la réception de vos mails, ou encore au toutou qui danse et clignote au son de vos CD (j'en ai un!). Les petites lampes IoIo se contentent de changer de couleur, mais c'est déjà bien sympa....

29 juin 2006

Les femmes votent pour la 1ère fois au Koweït

M'enfin le vote n'y est pas encore universel puisque les militaires n'ont pas ce droit.

Donc les femmes vont enfin avoir leur mot à dire, et en masse (tout est relatif, c'est un petit pays!). Il y aura plus de votantes que de votants, vu que les militaires sont écartés du scrutin. Elles vont élire leurs députés, et parmi eux, quelques femmes. Bien malmenées, pas seulement par les islamistes : la société entière, très conservatrice, est contre elles. Famille, tribu... Tout le monde se ligue et harcèle ces rebelles, qui ont obtenu leur droit à participer à la vie publique le 16 mai 2005. En savoir plus sur Libération.

26 juin 2006

Délire (Coca) light

C'est très primaire et ça m'a fait hurler de rire. Il paraît que Coca-Cola n'a pas apprécié cette fantastique potacherie. Il ne faudrait pas gâcher le Diet Coke !!! Dommage, ces deux artistes font pourtant une sacrée pub à la marque ! Avec 200 litres de Coca light et plusieurs centaines de mentos, ils ont reproduit avec classe les figures d'une luxueuse fontaine (Bellagio Fountains) de Las Vegas.

Pour tout savoir sur cette vidéo : eepybird.com. Les auteurs ne souhaitent pas trop se retrouver sur YouTube ou DailyMotion (c'est là que j'ai récupéré la vidéo dans un premier temps, à vrai dire). Leurs noms : Fritz Grobe (le petit) & Stephen Voltz (le grand). La musique, excellente soit dit en passant, est signée Matthew Tardy (audiobody).

Au fait on n'a pas résisté à l'envie de faire l'expérience avec quelques potes : effectivement, un mentos provoque immédiatement un jet de coca. Beaucoup de dégâts dans la salle de bain, vu qu'on a mis le pouce pour accentuer l'effet (filmé bien sûr)... Après on s'étonne que les enfants reproduisent les bêtises vues à la TV... Vu ce que font les adultes...

Miaou....

20 juin 2006

Memento

Un message sur mon répondeur. Je reconnais la voix. Salut c'est Antoine. Le reste de ses mots traverse mon tympan. Mon tympan, c'est un gong. La vibration, légère au début, s'amplifie, atteint mon thorax, s'étend dans mes membres, vient de loger dans le bas de mon ventre. Une tension extrême m'envahit sans que je m'en rende compte tout de suite. Le message dure quelques secondes. Tant pis, ce ne sera pas pour cette fois, dit-il. Je raccroche. Mon corps est comme un lac secoué par d'infimes vaguelettes, après le passage d'un petit bateau. Mon coeur bat la chamade, comme après une claque dans la figure, avec adrénaline, bourdonnement aux oreilles, ébouissement passager en prime. Le désir est décidement une expérience physiologique très amusante. Pour ne pas dire hallucinante.

15 juin 2006

Raymond Devos est mort

Je ne le connaissais pas très bien. Mais comme tant d'autres artistes, il faisait partie de mon paysage mental. A chaque fois qu'une personnalité aimée par des millers de gens disparaît, une loupiote de mon horizon des vivants s'éteint. Si je meurs très vieille, cet horizon sera sans doute très sombre.

16 mai 2006

Retour en enfance

Je n'ai eu droit à ma première Barbie que très tardivement, mais celle-là, elle en valait la peine. La longueur de ses cheveux autorisait tous les coups de ciseaux possibles et autres teintures sauvages. Je me souviens très bien du plaisir de changer ses tenues. Du plaisir de la remaquiller (au feutre) selon mes affreux critères de môme. Je m'en suis souvenu encore plus précisément en découvrant un site délirant, totalement régressif: Stardoll. Des poupées en 2D, à l'effigie des people (américains). Vous les maquillez, vous les habillez à votre guise grâce à leur panoplie en flash. Le pied intégral...

Du foot et des filles publiques

Ca en fait peut-être rêver certains, moi ça me déprime. 40000 nanas à la disposition des supporters de la Coupe du Monde de football qui se déroulera à Berlin. C'est beau le sport, ça embellit les relations humaines. On pourrait réécrire la chanson de Soldat Louis, vous savez, le disque des années 90 avec une fille à gros nénés sur la couv' ? "Du foot, des femmes, de la bière nom de Dieu..." Ah ben ouais y a qu'ça d'vrai.

L'est pas belle la civilisation européenne des Lumières ? Hein ? L'est pas content Hegel ? La prostitution est un fait et il vaut mieux pour les "filles" que leurs droits civiques soient reconnus et respectés. Mais de là à promouvoir la commercialisation de l'entrecuisse des femelles, il y a un sacré fossé moral...

Au bord duquel je m'arrête en signant la pétition contre l'organisation de la prostitution massive des femmes pour les footeux.

http://catwepetition.ouvaton.org/php/index.php

Nom d'une pulsion !

04 mai 2006

Baby baby

Baby baby
Ah là là, encore une vidéo à regarder en boucle et pour la bonne cause en plus : la campagne de sensibilisation anti-SIDA s'adresse ici plus particulièrement aux jeunes femmes. Des personnages superbes, une héroïne plus vraie que nature, scénar efficace, bref beaucoup de finesse dans un monde de brutes, le tout en quelques secondes de bonheur... Encore! encore! La vidéo est visible sur le site de AIDES.

Sugar Baby Love pour Aides


Sugar Baby Love
Allez dans la foulée, une vidéo que j'adore. Elle a été réalisée pour AIDES, dans le cadre d'une campagne de sensibilisation contre le SIDA, en direction des gays. Je trouve que la patte de Wilfrid Brimo est vraiment chouette, les personnages tant masculins que féminins sont absolument mignons. Le scénar est sympa, bref, c'est vraiment du beau boulot...

Argh + vidéo Adicolor


Adicolor Pink
Bon sang c'est plus dur que prévu : impossible de mettre mon blog régulièrement à jour. Tant pis! Je me contenterai d'y ajouter quelques enthousiasmes furtifs, quand ça me prendra. Aujourd'hui, une vidéo, ou plutôt une pub qui ressemble à tout sauf à une pub. Pour Adidas. Quand je l'ai vue la première fois, je me suis demandé pourquoi une telle vidéo. On peut l'interpréter de mille manières : la jeune fille changée en objet par amour du rose, extase ultime et mortifère. Ou: la jeune fille devient chrysalide, premier émoi sexuel (coquillage=sexe). Ou : retrouvailles heureuses au pays des choses inertes : le nounours fait d'elle sa chose, enfin. Etc... La musique est hypnotisante. J'ai fini par l'écouter en boucle! Trop fort...(Ceci dit je me fous d'Adidas!!!)

28 mars 2006

Eunice Barber victime de violences policières

Incroyable. La belle athlète se retrouve démolie physiquement et psychologiquement pour moins qu'une broutille. Pourquoi ne pas croire son récit? Pourquoi irait-elle se pourrir l'existence en inventant une telle histoire? Il faudrait être malade pour mentir aussi bien. Or Eunice la magnifique s'est fait connaître pour ses prouesses sportives et non pour des scandales. A qui le tour? A vous, à moi? Hum, j'ai peut-être la peau trop blanche pour me retrouver giflée et plaquée à terre par la noble gente policière. J'ai honte et je dis tout mon soutien et mon admiration à la grande Eunice.

15 mars 2006

Elvis se marre

Un fou rire d'Elvis Presley : extraordinaire. C'était ce matin à la radio. Are you lonesome tonight, Eclectik, Rebecca Manzoni, France Inter. Je ne suis pas fan d'Elvis, ni de Johnny, je ne suis pas une fan en général. Bon j'ai des petites crises d'enthousiasme parfois, et là, pendant une minute ou deux, l'extase en entendant le King déraper, laspus ridicule, explosion de rire incontrôlable. Les musiciens demeurent imperturbables. La choriste poursuit son chant de sirène, mine de rien. Le public est rapidement contaminé par la vague nerveuse. Elvis tente de se ressaisir à plusieurs reprises, en vain. C'est merveilleux à entendre, car il rit comme il chante, à gorge déployée, d'une voix pleine et chaude. J'avais jamais entendu ça. Elvis for ever laughing...

08 mars 2006

Droit à l'avortement interdit au Dakota

Enfin, c'est pas encore fait. Le gouverneur du Dakota du Sud (Etats-Unis) a signé une loi interdisant l'avortement dans cet Etat. Un beau témoignage d'amour pour les victimes de viol ou d'inceste pour lesquelles il n'est pas prévu de faire exception. C'est le résultat du combat mené par la droite chrétienne locale, qui espère faire remonter l'affaire jusqu'à la Cour suprême. Son objectif: contrer la loi de 1973 autorisant l'avortement). Le Planning familial va porter un recours en justice. Selon le Monde, le stratagème des "pro life" échouera sans doute. Comme quoi, le ventre des femmes est toujours menacé de ne jamais définitivement appartenir à... leurs propriétaires.

Liberté, Sexualités, Féminisme

C'est le nom du livre qui retrace l'histoire du Planning familial. Son auteur : Isabelle Friedman, aux éditions la Découverte. L'association du Planning s'appelait à ses début la Maternité heureuse. Son objectif, encore illégal en 1956, était de libérer les femmes des contraintes de la fécondité. Les femmes devaient à l'époque assumer des grossesses non désirées, des familles trop nombreuses, les difficultés morales et matérielles engendrées. Une loi de 1920 interdisait toute "propagande" au sujet de la contraception et de l'avortement. Celui-ci se pratiquait dans des condtions clandestines et dangereuses: qui n'a jamais entendu parler de la méthode des aiguilles à tricoter? Libération consacre un article à ce livre.

Hommes, je vous aime...

Voilà! C'est la journée de la femme, je crée mon blog, tout va bien, top nickel moumoute. Les symboles et les mots sont un pouvoir entre les mains des femmes, alors j'en use un peu et je place ce lieu d'expression sous le signe du féminin.

Pas sous le signe de la mode, de la diététique et de la cosmétique, nan, nan. Plutôt sous le signe des combats menés par les femmes partout sur la planète, du plus graves au plus divertissants. Combats, batailles, parties d'échecs pour que les femmes se sentent humaines à 100%, et pas seulement relativement à l'homme.

N'ayez pas peur messieurs ! Ces luttes contre la bêtise humaine, la violence conjugale, l'enfermement de vos semblables et leur soumission jusque dans leur chair, ce ne sont pas des luttes contre les hommes... C'est une rébellion mixte menée contre des idées, des coutumes et des croyances transmises parfois par des femmes, d'ailleurs...

Bon je ne vais pas ratisser le web à la recherche de tout ce qui fâche ou déprime, je vais aussi (essayer d') évoquer des choses amusantes, plaisantes, pas communes, dérangeantes, hors-normes et qui me semblent aller dans le bon sens. C'est-à-dire vers un féminin de moins en moins stéréotypé, caricatural, bref de moins en moins péjoratif !

Je suis une femme et j'aime voir les autres femmes libres, autonomes, épanouies dans leur vie d'amante, de mère, actives, engagées. Je n'aime pas plus les femmes que les hommes, j'aime que l'on reconnaisse les talents et l'intelligence autant des unes que des autres. Mon rêve : que les hommes et les femmes soient des partenaires solidaires, s'estimant réciproquement, et que leurs différences individuelles enrichissent leurs relations.

Libre à vous de réagir...