14 décembre 2006

Geishas : pour en finir avec un stéréotype occidental

Une geisha n'est pas une prostituée. Peut-être connaît-elle des aventures et des intrigues liées à son métier, mais sa condition sociale et culturelle n'a rien à voir avec celle d'une prostituée. L'univers érotique des geishas est certainement très intéressant, dommage qu'il soit trop souvent réduit aux fantasmes occidentaux - bordel et réduction des femmes à des objets de plaisir masculin.

Tout sépare une prostituée à l'occidentale d'une geisha. Celle-ci est passée par une école pour geishas, héritière d'un savoir-faire artistique traditionnel, représentante d'un système moral très contraignant.

Contrairement à la prostituée du Japon ou d'ailleurs, elle ne fait pas l'objet de mépris. Au contraire, elle est admirée et respectée. Et contrairement à l'idée que beaucoup d'hommes occidentaux se font d'elles, elles ne représentent pas la quintessence de la femme soumise et monnayable, même si les femmes japonaises sont encore socialement dominées.

Une geisha de Kyoto a ouvert un blog racontant son quotidien. Malheureusement ou tant mieux, c'est en Japonais. Un article de 20 Minutes permet de se faire une idée du contenu.

J'ai eu un jour la chance de vister Kyoto et de croiser, au hasard des ruelles des vieux quartiers, un groupe de geishas. Je me suis arrêtée pour les regarder passer, mon appareil photo soigneusement rangé. Un grand sentiment d'humilité m'a envahie face à leur port altier et leur regards indifférents. Je me suis sentie dans la peau d'une grosse brute d'occidentale indigne de leur majesté.

4 commentaires:

LdB a dit…

Comme c'est mignon! Un joli petit syndrôme de "les orientaux sont tellement plsu beaux, plus grands, plus forts et plus honnorables que nous, minables occidentaux pervertis" :p
Tu veux te remettre à l'aikido? :p

Lucie Malakoff a dit…

Meuh non, je ne dis pas ça non plus... Des gros lourds nippons y en a, des salauds aussi, je n'oublie pas le sac de Nankin et autres délicatesses de l'Histoire. Mais ça n'empêche pas de faire des efforts, na.




Hmm, toute nue sur un tatami climatisé avec LdB pour adversaire...

LdB a dit…

rrrr je suis en boxer sous mon hakama :p
Pas d'adversaire sur les tapis, nous sommes tous partenaire, réduisons à néant l'opposition! :)
C'est surtout ta dernière phrase qui m'a fait marrer :)
J'ai regardé mémoire d'une geisha hier (et tu n'y es pour rien!!^^) il est pas si mal ce film!! Manque un peu de sensualité (mais c'est peut être lié à mon rhume lol).
Tout ça m'a remis le sujet "virginté" en tête et je me demandais si notre blogeuse féministe dépressive et heureuse n'avait pas envie de nous faire faire un petit tour du monde et des époques des cultures de la virginité! :)
Allez au boulot!

Anonyme a dit…

"objet de plaisir" oui c sans deformer la realité qu'on peu dire cela.
regarder le reportage secret de geisha. c limpide. ou encore renseigné vous sur les origine de ses ecoles artistique ou l'art a bon dos.